You are here:  / Autour de la voiture de collection / 1972 – 2022 : la Sécurité routière à 50 ans

1972 – 2022 : la Sécurité routière à 50 ans

1972 - 2022 : la Sécurité routière à 50 ans

Il y a 50 ans, le nombre de morts sur les routes atteignait son record historique soit 16545 tués sur les routes de France. En juillet 1972 est créé le comité interministériel de la sécurité routière. 

Auparavant la sécurité routière était réalisée par l’association Prévention Routière créée en 1949 par les sociétés d’assurances et les professions de l’Union Routière de France. Leur action est faite de manière locale notamment en faveur de la réduction de l’alcool au volant. A partir des années 60, la seule prévention n’est plus suffisante et différentes mesures de répression sont mises en place comme le dépistage par l’air expiré de l’imprégnation alcoolique du conducteur. Au même moment, la vitesse est limitée à 90 km/h pour les jeunes conducteurs. 

Si tu as levé le coude, lève le pied ! C’est à l’essence qu’on roule en France !

Mazamet, la ville rayée de la carte

Suite aux 16545 morts sur les routes françaises en 1972, le journaliste Michel Tauriac décide d’organiser une campagne choc contre les violences routières par le biais de la télévision. Il choisit la ville de Mazamet dans le Tarn qui a une population équivalente au nombre de morts sur les routes en 1972 pour lancer “Mazamet, la ville rayée de la carte”. En effet, il a convaincu les habitants de s’allonger pendant 10 minutes sur la chaussée pour que la ville s’arrête et que les rues se couvrent de “morts” accompagnés parfois de leur voiture mais aussi avec des reconstitutions d’accidents. 

Crédit photos : Archives municipales de Toulouse

Dans les années 70, le port de la ceinture de sécurité est devenue obligatoire à l’avant. Les limitations de vitesse sont revues à la baisse. Les conducteurs de deux roues sont obligés de porter le casque. 

Le 1er juillet 1972, le rétroviseur extérieur est devenu obligatoire pour tous les véhicules.

1972 - 2022 : la Sécurité routière à 50 ans

Dans les années 80, la conduite accompagnée est mise en place. L’alcool au volant est toujours un fléau et le taux maximum d’alcool autorisé pour la conduite automobile est abaissé à 0,80 g/l dans le sang contre 1,2 g/l auparavant. En 1986, le contrôle technique est obligatoire même si les réparations restent facultatives.

Dans les années 90, de nombreuses mesures sont prises afin de diminuer encore le nombre de morts sur les routes. La limitation de vitesse en agglomération est diminuée à 50 km/h. La ceinture de sécurité à l’arrière devient obligatoire et les enfants de moins de 10 ans doivent être transportés par des moyens retenus homologués. Le permis à points est entré en vigueur en 1992. Le taux maximum d’alcool au volant est encore revu à la baisse passant à 0,5 g/l d’alcool dans le sang. Le délit est fixé à 0,8 g/l dans le sang. 

Campagne choc sur le non-port de la ceinture à l’arrière de la voiture

La gendarmerie tient un rôle essentiel dans la lutte contre l’insécurité routière puisque son action couvre 95 % du territoire national notamment sur le réseau routier et autoroutier.

Sa mission consiste à sanctionner les fautes des automobilistes mais aussi à mettre en place des secours lors des accidents et sensibiliser les automobilistes aux risques de la circulations automobiles.

1972 - 2022 : la Sécurité routière à 50 ans

Dans les années 2000, la sécurité routière est déclarée “Grande cause Nationale”.

A partir de 2002, le système de contrôle et sanction automatisé est mis en place et le premier radar fixe est inauguré en 2003. Désormais, une sanction de retrait de 6 points sur le permis est fixée pour un taux d’alcoolémie compris entre 0,5 g/l à 0,8 g/l dans le sang. La campagne  de sensibilisation fait écho à toute la génération qui a eu 20 ans au début des années 2000 avec SAM “celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas”. Cette décennie voit sa mortalité routière diminuer de moitié.

1972 - 2022 : la Sécurité routière à 50 ans

Pendant la décennie qui suit de nombreuses mesures sont encore prises afin de baisser le taux mortalité routière notamment en renforçant les sanctions envers le téléphone au volant, le dépistage des stupéfiants et en réduisant la vitesse à 80 km/h sur les routes nationales et départementales. En 2020, 2780 morts sur les routes sont comptabilisés cependant l’objectif de réduire à 2000 la mortalité routière n’est toujours pas atteint. 

1972 - 2022 : la Sécurité routière à 50 ans

YOU MIGHT ALSO LIKE