You are here:  / Histoires d'automobiles / Renault 5, partie 1 : De l’étude 122 à la Renault 5

Renault 5, partie 1 : De l’étude 122 à la Renault 5

De l’étude 122 à la Renault 5

La Renault 5 a été commercialisée de 1972 à 1985 sur les 5 continents. Elle a été produite à plus de 5.325.890 unités dans différentes versions.

Dans les années 60, un changement sociétal se fait sentir notamment par rapport au niveau de vie supérieur des français et à la révolution des jeunes en mai 68. Renault décide de proposer une voiture à chaque marche de l’escalier autrement dit une voiture répondant à la classe moyenne des trente glorieuses. Renault souhaite créer une voiture pour les classes moyennes et de développer l’idée nouvelle de la voiture à vivre, celle du travail, des congés, de la semaine et des week-end, de la campagne et de la ville. La structure des ménages à complétement changé désormais les femmes travaillent, se déplacent, elle a maintenant besoin d’un véhicule polyvalent de petite taille. La création d’une petite voiture remet la régie Renault à sa place historique de voiture populaire.  En 1967, Renault revisite le segment de la petite voiture avec le projet 122. Son cahier des charges est très vague mais centré autour de trois objectifs :

1. un véhicule de même définition que la 4L mais avec une carrosserie plus agréable. ;
2. Véhicule restant dans la même zone de prix que la Renault 4, soit moins de 6 500 francs ;
3. Lancement en 1972.

Par la suite l’équipe marketing décide l’appeler Renault 5. 

Le projet 122 est tout d’abord un style mais surtout un coup de crayon, celui de Michel Boué. Les lignes n’auront besoin que d’être affinées tant elles sont abouties dès le premier coup de crayon.  

De l’étude 122 à la Renault 5

« Michel Boué a senti la voiture. C’est un coup de génie, un éclair »

De l’étude 122 à la Renault 5
étude design de la Renault 5
De l’étude 122 à la Renault 5

« Nous avons fait un petit objet aux formes souples, en harmonie avec l’esthétique féminine »

 La voiture adopte de jolies formes arrondies, inspirant une douceur bien ciblée.

Les pare- chocs sont remplacés par un bouclier en polyester armé. Les boucliers sont capables d’absorber les chocs jusqu’à 7 km/h voire 15 km/h sans que la tôlerie ne soit impactée. 

La Renault 5 était au départ prévue en 2 portes sauf quand 1966 Renault a signé un accord avec Peugeot afin de proposer une offre Peugeot – Renault complémentaire : à Peugeot, les voitures cossues et à Renault les voitures populaires. Peugeot souhaitait une voiture 4 portes et non deux portes pour remplacer sa 104. Les discussions ont été compliquées entre les deux interlocuteurs sachant qu’à la même période la Volkswagen Coccinelle à deux portes remporte un franc succès auprès de la jeunesse du monde entier. Renault crée un modèle à quatre portes avec pour consigne de la sortie quand cas d’échec commerciale de la deux portes. 

Si sa ligne lui offre un une personnalité et un nouveau visage, la 122 reste la fille de la Renault 4  avec des suspensions souples et indépendantes, un refroidissement sous circuit scellé. C’est une voiture de ville avec ses 3,50 m de long, elle est aussi une voiture de route avec le vaillant moteur de la Renault 8 – version 956 cm 3 à 47 ch – permet une vitesse supérieure à 135 km/h, grâce à un poids de seulement 730 kg. Surtout, cette 122 est habitable, capable d’accueillir sans souci quatre adultes, et encore mieux une petite famille avec enfants. Compte tenue de la clientèle visée : les femmes et les jeunes couples, les ingénieurs ont imaginés un “espace enfant” rassurant grâce à l’absence de portes et de vitres ouvrantes à l’arrière. Le coffre à bagages est pensé de manière à accueillir le contenu d’un caddy de supermarché. Grâce à la banquette arrière rabattable, le volume du coffre atteint 0,9 m3. 

Le succès de la Renault 5 dépasse tous les espoirs. Dès son lancement, les délais de livraison s’allongent et se comptent en mois. Les usines n’arrivent pas à suivre les carnets de commandes, qui se remplissent très vite. Un tiers des commandes est passé par les jeunes et un autre tiers est fait par les femmes. Quant au tiers restant, la surprise est de taille : ces clients sont séduits par ce vent de fraîcheur qu’apporte cette voiture.  La Renault 5 est donc la voiture des jeunes et de ceux qui le restent, des biberons et des pattes d’eph. La Renault 5 sera développée au niveau de différentes motorisations et deviendra la Renault 5  L, LS, TL, GTL, TS, TX, Alpine, Turbo ou Automatic. Dans les années 80, elle sera aussi déclinée en 5 portes. En 1977, la Renault 5 est vendue de 18 000 à 32 000 francs.

De l’étude 122 à la Renault 5

Lire la partie 2

YOU MIGHT ALSO LIKE