Road trip sur la Nationale 7 de Lyon à Montélimar

La Nationale 7 est une route emblématique en France qui relie Paris à Menton en parcourant 996 km. La Nationale 7 sillonne les villages et les villes en amenant les vacanciers vers la côte d’azur avant la création de l’autoroute A7.

Les années 50 voient naître un véritable essor de l’économie touristique avec la démocratisation de la voiture et la troisième semaine de congés payés. Les français prennent la Nationale pour se rendre sur la côte d’azur créant des embouteillages dans les villages. Tout au long du parcours des bornes Michelin balisent les routes. Les premières bornes sont installées par le Touring Club de France dans les années 20.

De Lyon à Montélimar, 155 km

Au départ de Lyon, nous prenons la départementale 307 en passant par Saint-Fons, Feyzin, Saint Symphorien d’Ozon puis après quelques kilomètres parcourus à travers champs, nous arrivons à Vienne. Ville gallo-romaine, Vienne regorge de vestiges de cette période archéologique. Le musée Saint-Pierre permet de découvrir une belle collection de vestiges de cette époque. Après Vienne, la départementale 307 devient la route Nationale 7.

Les bornes kilométrique restaurées jalonnent la route et nous longeons le Rhône pour aller vers le midi.

Tout le long de la Nationale 7, nous croisons au bord de la route des anciennes publicités peintes sur les façades des maisons. À Reventin-Vaugris, nous remarquons une publicité Coca-Cola avec ses couleurs particulièrement bien conservées puisqu’elle était cachée pendant très longtemps par un panneau moderne. Dans le village, d’autres publicités nous tapent à l’œil comme celle de la peinture Valentine et celle d’Agrigel avec son numéro de téléphone sans le numéro “04”.

Plus loin, la station service du grand chemin permet aux automobilistes de faire le plein d’essence à l’ancienne. Le personnel se charge de mettre de l’essence dans votre voiture. Juste en face de la station service, on remarque une œuvre street art faisant honneur à la Nationale 7.

Nous rejoignons Chonas-l’Amballan et nous arrivons au Relais 500 de Vienne. Véritable réplique d’un motel US des années 60, il est situé à la moitié du trajet entre Paris et Menton, soit à 500 km du point zéro. 

Situé à Pont de l’Isère, nous arrivons au 45ème parallèle de l’hémisphère puis direction Valence. La Nationale 7 contourne aujourd’hui Valence par une rocade mais l’ancien tracé passe dans le centre de Valence.

Au sud de Valence, à Etoile sur Rhône, la station service vintage Ducol est repérable à son architecture spécifique des années 50. Elle a fait l’objet récemment d’une rénovation aux couleurs de BP. Toujours en activité, nous pouvons faire notre plein d’essence ou acheter du jus d’abricot issue de leur propre production.

Loriol sur Drôme, nous accueille avec des trompes à l’œil à l’entrée du village puis sur le parking nous sommes invité par une publicité peinte sur le mur à visiter Nîmes et ses monuments romains mais nous n’irons pas si loin. Des anciennes publicités pour les nougats “canard sauvages” ont été restaurées.

Une fois arrivée à Montélimar, nous visitons le Palais du bonbon, du nougat et du souvenir à l’entrée nord de la ville.

Un peu plus loin, nous découvrons une Citroën Traction surplombant la route, le totem nous rappelle une ancienne station essence maintenant transformée en local commercial. 

Puis nous continuons la route Nationale 7 pour se rendre sur les allées provençales de Montélimar et nous passons devant la porte Saint Martin, vestiges d’une ancienne porte à l’époque où Montélimar était ceinturée par des remparts. En poursuivant la route vers le sud de la ville, nous trouvons différentes boutiques de fabricants de nougats. En s’éloignant légèrement de la Nationale 7, le musée Arnaud Soubeyrand propose une visite de son musée du nougat.

Aujourd’hui, le trafic sur la Nationale 7 reste relativement dense notamment quand il y a des bouchons sur l’autoroute et que le trafic est donc dévié sur la Nationale 7. Le point noir peut être du côté de Livron sur Drôme où des feux de signalisation dans le centre ville peut générer des bouchons les jours de forte affluence.