En janvier 1983, le Mercedes-Benz 280 GE remporte le Paris-Dakar

Il y a 40 ans, Mercedes-Benz triomphe dans le rallye le plus difficile du monde : le pilote de course Jacky Ickx et son copilote, l’acteur Claude Brasseur, remportent le Rallye Paris-Dakar 1983 avec la Mercedes-Benz 280 GE. Le projet est géré par Mercedes-Benz France. Depuis l’Allemagne, les ingénieurs de la société assiste au moteur et à l’aérodynamique du véhicule tout-terrain.

À cette époque, le Rallye Paris-Dakar a un grand attrait mondial. C’est la cinquième fois que cela a lieu. Plusieurs centaines d’aventuriers partent de la métropole Français vers la capitale du Sénégal en 1978 pour la première fois. Le départ a lieu tôt le matin du 1er janvier 1983 sur la place de la Concorde à Paris. Après environ 20 étapes quotidiennes extrêmement exigeantes à travers des déserts tels que le Ténéré dans le sud du Sahara et dans le nord du Niger, le peloton fortement aminci des participants atteint la ville de Dakar sur la côte atlantique. Les participants aux classements voiture, camion et moto parcourent entre 10 000 et 12 000 kilomètres pour atteindre l’arrivée.

Depuis ses débuts, le « Paris-Dakar » attire des constructeurs automobiles de renom dans le désert africain. L’ancien pilote automobile et moto Thierry Sabine fonde et organise cette aventure spectaculaire. En janvier 1986, il est tué dans un accident d’hélicoptère. L’événement se poursuit à ce jour; il s’appelle maintenant le « Rallye Dakar » et se déroule actuellement dans les régions désertiques de l’Arabie saoudite. Il s’est déjà tenu en Amérique du Sud de 2009 à 2019.

Le moteur de la Mercedes-Benz 280 GE « Paris-Dakar »

Mercedes-Benz France dirige la préparation de la Mercedes-Benz 280 GE gagnante de la série 460. Le responsable du service clientèle Gunter Latour maintient de bons contacts avec Mercedes-Benz à Untertürkheim. Georg Berkmann, ingénieur diplômé dont le principal domaine de responsabilité est les processus de combustion des moteurs de voitures particulières dans les véhicules utilitaires, est affecté au projet. Pour l’utilisation difficile de la 280 GE en rallye, il retravaille le moteur six cylindres M 110 à double came. Dès 1977, une Mercedes-Benz 280 E de la série 123 remporte ce qui est probablement le plus long rallye de l’histoire du sport automobile avec cette unité de puissance sportive : Andrew Cowan, Colin Malkin et Mike Broad remportent la première place du marathon de rallye Londres-Sydney après plus de six semaines et environ 30 000 kilomètres.

Georg Berkmann choisit la version standard du M 110 avec 136 kW (185 ch) comme base. Il veut démêler encore plus de puissance pour le Rallye Paris-Dakar en 1982 et 1983. En comparaison, le M 110 de la Mercedes-Benz 280 GE lancée en 1979 développe 115 kW (156 ch). Le mécanicien a recours à des arbres à cames initialement destinés à l’amélioration des performances de la 280 SL (R 107). Ainsi, le moteur « Paris-Dakar » atteint environ 145 kW (197 ch). L’une des solutions inhabituelles est la pompe hydraulique de la série 123 pour le contrôle de niveau: dans le modèle G de sport automobile, elle est utilisée pour refroidir la transmission manuelle.

Les principaux problèmes lors de l’exploitation dans les déserts du continent africain sont les températures extrêmes, la poussière et la mauvaise qualité du carburant. Tout d’abord, Berkmann déplace l’admission d’air du moteur à l’intérieur. Là-bas, les températures sont généralement plus basses et la teneur en poussière dans l’air est moindre. Il choisit un remède simple mais efficace à la mauvaise qualité de l’essence. Quatre décennies plus tard, il raconte : « J’ai mis des marques jaunes et rouges sur le distributeur d’allumage. Ainsi, les conducteurs pouvaient rapidement ajuster le calage de l’allumage si le moteur cognait en raison d’une mauvaise qualité de carburant.” Pour accélérer et éviter d’avoir à chercher le bon outil, l’ingénieur ingénieux a attaché une clé Allen de quatre millimètres à une chaîne près du distributeur d’allumage. Jacky Ickx était également minutieux. Dans sa préparation, il a étiqueté chaque relais afin de détecter rapidement les défauts.

Aérodynamique optimisée

Avec le moteur amélioré, la 280 GE atteint une vitesse maximale de 175 km/h. C’était 25 km/h plus rapide que la variante standard. Après l’expérience de l’année précédente, Berkmann est sûr que ce rythme n’est pas suffisant pour la victoire qu’ils visent en 1983 : en 1982, les Mercedes-Benz 280 GE terminent troisième (Jean-Pierre Jaussaud/Michel Brière) et cinquième (Jacky Ickx/Claude Brasseur) du rallye Paris-Dakar. Mais il est hors de question d’augmenter radicalement la puissance du moteur pour des raisons de fiabilité. Berkmann s’est tourné vers son collègue ingénieur Rüdiger Faul, qui a développé l’aérodynamique de diverses voitures de sport de course et de la C 111-IV. Cette voiture record atteint plus de 400 km/h lors des courses record du monde à Nardò en 1979.

Pour optimiser l’aérodynamisme de la 280 GE, Faul adopte une approche pragmatique. « Je me suis procuré des tuyaux d’égout en plastique de 70 millimètres de diamètre dans le département de construction de l’usine de Sindelfingen », décrit-il rétrospectivement. Il fixe des segments de tuyauterie autour du pare-brise et ainsi optimise considérablement le schéma d’écoulement dans cette zone. À l’arrière, Faul choisit des extensions frappantes du toit et des parois latérales arrière. Au sein de l’entreprise, ce changement important de la ligne de carrosserie reçoit le nom de « petit abribus ». Les mesures optimisent considérablement la résistance de l’air. Les mesures effectuées dans la soufflerie d’Untertürkheim montrent que la valeur cd passe de 0,52 à 0,41 initialement, soit une réduction de 20,5%. Georg Berkmann résume : « En raison des changements aérodynamiques, la vitesse maximale a augmenté de 20 km/h pour atteindre près de 200 km/h, tandis que la consommation de carburant était inférieure de cinq litres aux 100 kilomètres. »

Jacky Ickx et Claude Brasseur

Né à Bruxelles le 1er janvier 1945, Jacky Ickx est l’un des meilleurs pilotes de course de la fin des années 1960 à la fin des années 1980. Entre 1966 et 1979, il remporte huit Grands Prix de Formule 1 et est vice-champion en 1970. Il remporte les 24 Heures du Mans à six reprises entre 1969 et 1982. Au Rallye Paris-Dakar, en plus de sa victoire en 1983, le Belge termine cinquième avec la Mercedes-Benz 280 GE l’année précédente et deuxième en 1986. « En 1982, nous avons découvert la 280 GE. Vous pouvez le pousser à la limite et faire confiance à son ingénierie sans réserve – c’est un atout pour le Rallye Paris-Dakar », explique Ickx dans une interview peu après sa victoire de 1983. De plus, il s’entend très bien avec son copilote Claude Brasseur. « Nous n’avons pas commencé simplement en tant que collègues, mais en tant que complices. C’était certainement fondamental.” Brasseur, décédé en 2020, est l’un des acteurs Français de cinéma et de télévision les plus célèbres de l’époque.

Le Rallye Paris-Dakar 1983

L’implication de Mercedes-Benz France dans le Rallye Paris-Dakar porte ses fruits avec des troisièmes et cinquièmes places dès 1982. Parmi les dix premiers véhicules à franchir la ligne d’arrivée figurent deux autres 280 GE et un prototype Mercedes-Benz. En 1983, 193 voitures, buggies et camions ainsi que 111 motos parcourent les 12 000 kilomètres de la France via l’Algérie, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali et la Mauritanie jusqu’au Sénégal. L’aide à la navigation la plus importante est la boussole. Les partants les plus en vue du peloton, Jacky Ickx et Claude Brasseur, prennent la tête tôt avec la 280 GE. Avant l’arrivée de l’étape à Agadez (Niger), Ickx remarque une grave perte de puissance dans son moteur. Il reçoit le moteur d’un coéquipier. L’échange d’ensembles majeurs complets avec un autre véhicule en compétition est autorisé. Après cela, Ickx revient à son rythme rapide habituel.

De nombreux participants abandonnent à cause des efforts de ce rallye avec 20 étapes quotidiennes de 300 à 1 000 kilomètres : le matériel technique tombe en panne ; Des accidents ou des collisions impliquant les motocyclistes déciment le terrain. Certains abandonnent par pur épuisement – ou parce qu’après de nombreuses heures d’errance dans le désert, ils n’atteignent plus l’arrivée de l’étape à temps. Seulement 61 voitures et camions et 28 motos atteignent la ligne d’arrivée. Ickx et Brasseur sont les vainqueurs épuisés mais célébrés sur la plage de Dakar. D’autres modèles Mercedes-Benz G terminent cinquième, sixième et huitième places. La marque célèbre même une double victoire : Georges Groine, Thierry de Saulieu et Bernard Malfériol atteignent Dakar comme le meilleur camion avec un camion à transmission intégrale Mercedes-Benz 1936 AK (261 kW/355 ch).

%d blogueurs aiment cette page :