Mercedes-Benz de nombreux anniversaires en 2023

Mercedes-Benz, le plus ancien constructeur automobile au monde, réinvente l’automobile encore et encore depuis 1886. De cette façon, la marque établit continuellement des normes et accompagne également le changement social. L’histoire de l’entreprise est donc riche en événements et en histoires. Ici brièvement noté: anniversaires importants et jalons de la chronique.

5 au 20 janvier 2003 – il y a 20 ans

Première mondiale du break de la Mercedes-Benz Classe E série 211
Au Salon international nord-américain de l’auto (NAIAS) de Detroit en janvier 2003, Mercedes-Benz présente le break de la Classe E de la série 211. Cette deuxième variante de carrosserie de la série de modèles est lancée sur le marché en mars. Les innovations techniques comprennent, par exemple, le frein électrohydraulique Sensotronic Brake Control (SBC™) avec Traffic Jam et Start Assist, le système de suspension pneumatique AIRMATIC DC, les airbags avant adaptatifs et les limiteurs de force de ceinture ainsi qu’un hayon qui s’ouvre et se ferme sur simple pression d’un bouton. Le système EASY-PACK comprend une gamme de solutions pratiques de charge et d’arrimage. La capacité du coffre à bagages est de 690 à 1 950 litres (méthode de mesure VDA). Les principales variantes du break sont initialement la E 500, la E 500 4MATIC et la E 55 AMG. En 2009, le break de la série 211 est remplacé par la génération suivante. Au total, environ 240 000 véhicules seront construits.

17 février 1903 – il y a 120 ans

Livraison du premier Mercedes-Simplex 60 ch à Emil Jellinek
Depuis le printemps 1903, la Mercedes-Simplex 60 ch est le nouveau modèle haut de gamme de Daimler-Motoren-Gesellschaft (DMG). Le partenaire commercial Emil Jellinek, basé à Nice, reçoit le premier véhicule le 17 février 1903. Ses clients ne sont pas les seuls à être convaincus de la combinaison de la performance et du luxe : il ajoute plus tard un véhicule à sa propre flotte, qu’il a équipé d’une carrosserie de voiture de tourisme très confortable en 1907. Cette version exclusive est maintenant au musée Mercedes-Benz et est un point culminant de l’époque. Le moteur haute performance prédestine le modèle 60 ch au sport automobile, alors équipé de carrosseries sportives. Deux des grands succès : lors de la « Semaine de Nice » de 1903, Otto Hieronimus et Wilhelm Werner remportent la course de côte Nice-La Turbie et Hermann Braun remporte la course du mile à une vitesse moyenne de 116,9 km/h. Camille Jenatzy remporte son plus grand succès en remportant la 4e course Gordon Bennett en Irlande le 2 juillet 1903. L’augmentation des performances par rapport au Mercedes-Simplex 40 ch présenté un an plus tôt est fournie par l’augmentation de la cylindrée du moteur quatre cylindres à 9,3 litres et un remplissage innovant des cylindres avec des soupapes en tête pour le processus d’admission et un arbre à cames inférieur. Le premier véhicule doté de cette technologie est le modèle 18/22 ch dès janvier 1903.

9 février 1998 – il y a 25 ans

Début de la production en série de la Mercedes-Benz Classe A avec ESP®
Les premiers véhicules de la Classe A (série 168) équipés de série de l’ESP® quittent la chaîne de montage de Rastatt le 9 février 1998. Le système électronique de stabilité peut stabiliser le véhicule dans des situations critiques au moyen d’interventions de freinage ciblées. Le système d’assistance célèbre sa première mondiale en 1995 dans la Mercedes-Benz Classe S. Le test déclenche une diffusion rapide de cette technologie dans l’ensemble de l’industrie, même dans les petites catégories de véhicules : après le basculement d’une Classe A en octobre 1997 lors d’une manœuvre d’évitement non standard, l’entreprise ordonne un arrêt de production et introduit l’ESP® comme l’une des nombreuses mesures de série. Trois mois plus tard, les premiers clients reçoivent des véhicules qui en sont équipés. Tous les modèles de Classe A livrés précédemment sont modifiés en conséquence. Mercedes-Benz équipe ensuite toutes les voitures particulières de cet important système d’assistance. De nombreux fabricants emboîtent le pas. L’ESP® est maintenant une condition préalable à l’approbation dans de nombreux pays.

11 au 23 février 1933 – il y a 90 ans

Le premier essieu avant à liaison trapézoïdale au monde à l’IAMA
La Mercedes-Benz 380 (W 22) est l’une des innovations de Daimler-Benz AG au Salon international de l’automobile (IAMA) de Berlin en 1933. Sa conception d’essieu avant devient la nouvelle norme mondiale en matière d’ingénierie automobile : l’essieu avant à liaison trapézoïdale. Il a des roues suspendues individuellement et des deux côtés deux triangles trapézoïdaux parallèles et un ressort hélicoïdal vertical sans frottement et sans entretien. Il est utilisé dans diverses voitures particulières Mercedes-Benz ainsi que dans les voitures de course. Le principe convainc par le confort de conduite et la sécurité, et de nombreux autres fabricants l’adoptent.

28 février 1893 – il y a 130 ans

Demande de brevet pour la direction à double pivot par Carl Benz
La direction à double pivot est l’une des innovations les plus importantes des débuts de l’automobile. Le 28 février 1893, Carl Benz enregistre le dessin auprès de l’Office impérial des brevets (DRP n° 73515, délivré le 14 mars 1894), un « dispositif de direction du chariot avec des cercles de direction à régler tangentiellement aux roues ». Il crée ainsi une condition préalable essentielle à la sécurité d’utilisation d’une automobile à quatre roues : le risque de basculement dans les courbes est considérablement réduit par rapport à la direction du plateau tournant de la construction d’une voiture. Le nouveau design a été utilisé pour la première fois dans le modèle Victoria, la première voiture à moteur à quatre roues de Benz & Cie. Après la voiture à moteur brevetée à trois roues, et constitue la base de la première automobile produite en série au monde, la Benz Motor Velociped « Velo » présentée en 1894.

5 au 15 mars 1998 – il y a 25 ans

CLK Cabriolet et E 55 AMG Estate au Salon de Genève
En 1998, le Salon de Genève est un lieu de prédilection pour Mercedes-Benz : pour la première fois, la marque présente la CLK Cabriolet (série 208 modèles) et la E 55 AMG (série 210 modèles) en tant que break au public mondial. Le nouveau cabriolet quatre places de la marque est basé sur le coupé CLK présenté un an plus tôt. Le développement d’une version ouverte est planifié dès le départ et est donc pris en compte dans le développement, ce qui a un effet positif sur le poids et les coûts. Les appuie-tête arrière à rétraction automatique, qui ont déjà fait leurs preuves dans le cabriolet de la série 124, sont utilisés comme protection contre le renversement. La capote doublée contribue à la haute qualité globale avec son excellente isolation phonique et thermique ainsi qu’une lunette arrière en verre. Le fonctionnement électrohydraulique de la capote complète le CLK Cabriolet en tant que véhicule toute l’année. La E 55 AMG est la première break d’AMG dans cette série de modèles ; la berline est déjà disponible sous le nom de E 50 AMG. La nouveauté avec le moteur V8 M 113 E 55 offre 260 kW (354 ch) et un couple de 530 Newton-mètres.

%d blogueurs aiment cette page :